Saison 3 des 4400: Injections de fantastique

Publié le par tv-en-series.over-blog.com

les_4400_season_4_d.jpgLa saison 2 avait calmé le rythme de la série tout en gardant une ligne directrice bien fantastique. La saison 3, comme un fil d'Arianne, suit cette ligne de conduite avec une prudente constance.

 

Fantastique au pays des 4400

 

Bien que la série sache faire évoluer ces personnages, elle semble ne jamais oublier ses tournures fantastiques. Toujours axée sur le paranormal, la série se sert des ficelles du genre parfois un peu trop usitées. En effet, rien de révolutionnaire dans le fait qu'Isabelle, le petit bébé au pouvoir indescriptible (là aussi un peu cliché), est devenue en l'espace de quelques temps une belle jeune fille d'une vingtaine d'années qui doit apprendre à rattraper son retard d'adaptation sociale. Au passage, il est temps de faire nos adieux à Lily Moore qui subit les effets de la transformartion de sa fille en vieillissant elle aussi à une vitesse fulgurante jusqu'à en mourir. C'est ainsi que le seul vrai couple de la série n'est plus, comme pour laisser le flambeau à nos deux tourteraux Alana et Tom. Cette mort symbolise surtout la fille qui remplace la mère, qui doit trouver son propre chemin. Comme dans toute série fantastique, Isabelle se révèle intrigante même si l'interprète du personnage avance à tâton jusqu'à faire petit à petit corps avec son personnage. Un enfant dont on ne sait comment se manifesteront les pouvoirs et qui cherche sa voie, thème classique mais du coup pas toujours efficace pour un télespectateur à la recherche de neuf. Autre fait peu original, le savant Kevin Burkhoff qui tente de trouver un vaccin qu'il nomme la promicine et qui pourrait permettre à chacun de développer une faculté. Ajouté à cela la résurrection de Collier en fin de saison mais plaisir coupable avoué, j'étais ravi de le retrouver. Les 4400 suivent à la lettre les codes du genre, ce qui en fait une série de plus en plus crispée.

 

4400 contre 1, 1 contre 4400

 

Dans ce troisième volet, tous les personnages et le télespectateur semble converger vers le clan 4400. Bien sur Diana dont la relation avec Maia est solide depuis la saison 2, Tom qui marié à Alana fera tout pour protéger sa femme et commence à réellement se compromettre. De l'autre côté, Dennis Ryland est ouvertement anti 4400 et ses aspirations ne sont plus cachées. Subsiste cependant l'énigme Isabelle qui ne sera jamais vraiment résolue. Comme on s'y attendait, la saison 3 met plus qu'en avant cette belle actrice métisse, charmante mais pas assez forte pour porter un tel rôle sur son dos, laissant Isabelle à l'état d'indécise même lorsqu'elle rejoint le clan de Dennis Ryland. Dotée d'énormes pouvoirs, celle-ci semble contrôler le destin du monde et le sort des clans est comme en sa possession.

 

Le pouvoir de l'amour

 

Si les 4400 sont détenteurs de capacités extraordinaires, cette saison 3 a un don particulier: celui de l'amour. Relations complexes viennent pimenter le cocktail paranormal du programme. D'emblée, la série veut nous lancer un coup de théâtre au couple phare Richard/ Lily en tuant la femme. Un couple de perdu. A côté de cela, les scénaristes s'amusent à former le couple Shawn/ Isabelle qui ne sera jamais intense du côté de Shawn et dangereusement passionnel du côté d'Isabelle. Lorsqu'ils se quittent, on court à la catastrophe et se retrouvant à nouveau seule, Isabelle s'émancipe dans la mauvaise voie. Enfin, si Tom coulait le parfait amour depuis 1 an et demi (dans la vie réelle) avec Alana, le dernier épisode semble mettre un terme à tout ça puisque la délicieuse femme est enlevée on ne sait où et on ne sait par qui dans le dernier épisode. Quant à Diana, sur les conseils de sa fille Maia, elle semble commencer une relation intéressante.

 

 

Bilan: 13,5/20

A trop vouloir se ranger confortablement dans le tiroir fantastique, les perspectives innovatrices de la série se retrouvent de plus en plus cadenassées. En effet, les histoires développées flirtent avec le déjà vu, des histoires prudentes et attendues pour servir le télespectateur lambda. La saison est agréable mais perd de son mystère de par son anticipation entre croissance prématurée, enlèvement ou encore résurrection. Cependant, toute l'idée autour de la promicine amoindrit ce gâchis car elle remet en doute l'éthique des personnages. Le retour de Collier en fin de saison est aussi apparu comme essentiel dans le sens où celle qui devait être le pillier central de cette saison 3, Isabelle, ne s'est pas montré à la hauteur à mon goût. Les morts, les couples, les révélations tombent mais sous tous les espoirs de départ, cette bonne série tv a définitivement renoncé à être un show remarquable.

Commenter cet article

florent 31/08/2010 09:20


La meilleure saison pour moi note: 18,5/20