La semaine vampirique, la semaine Angel

Publié le par tv-en-series.over-blog.com

angel_serie.jpg

Ayant quitté Buffy la semaine dernière, on y replonge assez vite cette semaine en pénétrant dans son spin of, Angel. Cette semaine nous permettra donc d'étudier comment se construit un spin of et de voir comment il peut évoluer sans sa grande soeur.

 

L'extension du Buffyverse

 

"Angel" est une série qualifiée de spin of, c'est-à-dire "dérivée de", ce qui se fait dans plusieurs genres: de "Doctor Who" à "Torchwood" dans le fantastique, de "Grey's anatomy" à "Private practice" dans les séries médicales... Bref, ces séries doivent évoluer elles mêmes mais engluées dans un univers que le télespectateur connaît déjà. "Angel" est donc la dérivation de la série de Joss Whedon, "Buffy, the vampire slayer" et est donc là pour étendre l'univers de la Tueuse. Ce spin of a choisi de reposer sur un ex personnage de sa série aînée. Il s'agit d'Angel (David Boreanaz), l'ex amant de Buffy qui quitte Sunnydale pour Los Angeles à l'issue de la saison 3. C'est donc sur ce personnage de vampire en quête de rédemption pendant toute la série que repose les fondations de la série. Pour ameuter les fans, on introduit un autre personnage connu: celui de Cordelia Chase (Charisma Carpenter), la peste de Buffy. Et on remplace même le petit nouveau Doyle, mort au combat par un ex connu, Wesley Windham Price (Alexis Denisof). Bref,  à travers les personnages, le Buffyverse continue mais il semble clair qu'Angel n'a fait que recruter dans le vieux, continuant les histoires de vampires avec Darla (Julie Benz) et Drussila (Juliet Landrau) en saison 2. Les crossovers entre les deux séries sont assez fréquents au début entre Buffy passant un moment inoubliable avec le brun musclé dans la saison 1 ou encore Faith (Eliza Dushku) qui se barre à LA après avoir échappé à Buffy dans sa saison 4. Des histoires commencent dans "Angel" pour être poursuivie dans "Buffy, the vampire slayer" comme l'histoire de Faith dans la saison 4 d'"Angel" qui combat Angelus et qui ensuite s'en va sauver le monde avec Buffy dans la saison 7. Intrinséquement, les deux séries se liaient et ne peuvent pas se défaire, même si la première est bien plus émancipée que la seconde. La saison 5 d'"Angel", et donc sa dernière, va complétement noyer la série dans le Buffyverse, balayant tous les élements qui l'avaient distingué auparavant en ramenant Spike (James Marsters) ridiculeusement à la vie et le confinant dans un rôle de subalterne et au mordant old fashion. Quant à Harmony (Mercedes MacNab), elle intègre le générique et d'autres comme Andrew (Tom Lenk) font des apparitions ponctuelles sans jamais oublier de mentionner Buffy. "Angel" est une série intéressante mais bien trop souvent rattrapée par son caractère de spin of.

 

Un univers propre

 

Angel n'est pas qu'une copie de "Buffy" et a vite cherché à se distinguer par un propos plus mâture et une question qui se pose continuellement: cell de la rédemption. Les personnages de Cordelia et Wesley seront bientôt méconnaissables par rapport à leur participation dans "Buffy, the vampire slayer". La série pénètre leur intimité, les fouille davantage, leur confère de nouveaux rôles avec une mythologie ajoutée et bien distante de celle de Buffy: les Puissances supérieures... "Angel" détient ses propres lieux: l'Hypperion, la chambre de Cordelia. Des identifications se font vite. Contrairement à Buffy qui est en guerre contre l'Appocalypse cette saison et cotoie à chaque fois un nouveau méchant, Angel mène une bataille continuelle contre le cabinet d'avocats "Wolfram et Hart". A côté de cela, des personnages neufs s'implantent peu à peu à l'univers. Si le personnage de Fred (Amy Acker) devient attachant à la longue et qu'on adopte tout de suite celui de Lorne Green (Andy Hallet) très atypique démon vert, j'ai eu plus de mal à intégrer des personages assez statiques sur la longue durée comme Charles Gunn (Glenn Quinn) et Connor (Vincent Kartheiser), un acteur trop juvénile pour donner l'allure d'un guerrier. Même si dans "Buffy", elle était évoquée, l'histoire d'"Angel" prend tout son sens avec des flash back récurrents sur son passé, permettant des retours bien amenés de Darla et Drussila. Angel est plus noire, plus sombre, moins tournée vers la comédie mais plus sur le drame étant donné la nature de son personnage, ce qui en fait une série parfois un peu crispée malgré la bonne humeur de Cordelia.

 

Hell A

 

"Angel" est aussi l'histoire d'une ville, la ville du péché: Los Angeles. Les moeurs sont entre le très clinquant et chic du club de Lorne et la traversée des égoûts par Angel et son équipe. C'est comme si on voulait montrer que derrière cet aparat, le monde de Los Angeles est beaucoup moins reluisant que ce qu'on nous donne à voir. Grattez le vernis doré de la ville et vous découvrirer que se cache un véritable ongle incarné. Dès lors, Angel travaille sur un bien plus grand terrain de chasse que son ex et doit être rémunéré pour survivre. Nous ne comptons plus les fois où les problèmes d'argent sont mis en lumière pour enfin montrer que le héros ne peut pas être qu'un simple bénévole même si ça reste l'idéal d'Angel. Cette ville grouille de démons et de vices contre lesquels on doit combattre et même ceux qui nous infectent personnellement. Ajouter à cela une bande d'avocats verreux et on remarque que c'est bien l'argent qui contrôle cette mégapole. Sunnydale et Los Angeles sont paralysés par des virus démoniaques mais n'ont strictement rien à voir. Dans "Angel", c'est une véritable "Sin City".

 

C'est donc cette semaine que nous allons traverser les canaux dégoûtants avec Angel et son équipe et parfois s'arrêter et rêver dans les buildings et les clubs de LA pour découvir l'histoire pas banale de Liam, homme devenu vampire doté d'une âme.

Commenter cet article

delromainzika 08/09/2010 14:26


Salut, je t'ai envoyé un mail pour l'opération Un Jour, Une Critique. J'aimerais savoir sur quelle série tu veux faire ta critique. Après, tu auras jusqu'au 3 octobre minuit pour me l'envoyer.