Saison 1 d'Angel

Publié le par tv-en-series.over-blog.com

angel-saison-1-pochette-avant.jpg

3 ans qu'il incarnait le vampire sexy avec une âme et amant de l'héroïne dans "Buffy, the vampire slayer", "Angel" avait eu envie d'aller bronzer à LA et allait s'apercevoir qu'il pourrait très vite se brûler les ailes.

 

Petites histoires de monstres

 

Comme "Buffy, the vampire slayer", la série s'introduit doucement avec des épisodes clos sur eux mêmes. Malgré cela, le tout est un ton plus mâture et s'attaque aux adultes en débauche à LA plutôt qu'à des adolescents en quête d'identité. Evidemment, Angel a des siècles dans sa besace et Cordelia Chase n'est plus une lycéenne. Les histoires coulent sur un épisode et sont résolues à l'issue de celui-ci, permettant à Angel de se vêtir de l'uniforme du détective, encouragée par Cordelia et se coltinant un démon visionnaire: Doyle. Ces épisodes sont plus agréables à visionner que Buffy, notamment l'angoissant docteur Meltzer dans l'épisode 4: "L'étrange docteur Meltzer". Les démons sont plus variés que ceux de Buffy et se fondent dans une masse mégalopolitaine multiculturelle. Le côté multiethnique est plutôt bien représenté dans "Angel" de par l'aspect cosmopolite de la cité des Anges, nom qui sied au héros. D'autres épisodes stand alone permettent de construire des petits détails sur une longue durée comme l'épisode 5: "L'appartement de Cordelia" où celle-ci s'aperçoit qu'un fantôme est coincé dans son appartement jusqu'à devenir son colocataire. Première saison test sans trop de mythologie pour ameuter les fans de Buffy et ses non fans.

 

Une mise en place mythologique

 

"Angel" cependant, n'attend pas une saison complète comme la série dont elle est dérivée pour instaurer des éléments de longue durée. Ceci est essentiel pour s'éloigner de la Bouche de l'Enfer de Sunnydale. Il ne s'agit pas de recopier le même schéma. L'histoire d'Angel se prête déjà à de nombreuses remontées dans le temps pour observer le passé du héros. Même si cette mise en place est lente, elle s'installe dès le premier épisode avec l'apparition directe du cabinet d'avocat "Wolfram et Hart", les grands ennemis de toute la série. De plus, le nouveau personnage de Doyle détient un rôle capital malgré seulement 9 épisodes à son acitf.  Dans l'épisode 8 "Je ne t'oublierai jamais", il se sacrifie pour sauver des démons et transmet ses visions à Cordelia, ce qui permet d'intrduire les Puissances supérieures, élément de base qui court sur toutes les saisons. "Angel" obtient donc des spécificités et tend à s'émanciper. Si dans "Buffy, the vampire slayer", les personnages courent après leur identité, toute la série "Angel" entre dans cette course au trésor. Peu à peu, d'autres personnages comme Kate Lockley ou Charles Gunn, futur récurrent de la saison 2, élargissent le cercle de ce club ex buffyesque un peu restreint.

 

Regard vers son passé

 

Ce qui pose problème dans cette saison 1, c'est surtout ce détachement quasi impossible avec la série origine de la franchise. En effet, de nombreux personnages désormais inexploitables dans "Buffy, the vampire slayer", semblent avoir été détachés pour venir dans la série. La première, c'est Cordelia Chase qu'on imaginait mal travailler en coopération avec Angel, elle qui se voulait si égoïste mais finalement le duo fonctionne assez bien. Mais "Angel" perd ses éléments de différenciation lorsqu'elle perd Doyle pour le remplacer par Wesley Windham Price, ex observateur anglais coincé de la Tueuse devenu chasseur de démons féroces selon ses dires. Là encore, le personnage évolue formidablement, devenant beaucoup plus convaincant que dans la série soeur. En guise de guest pour booster la série: Oz et Spike dont les apparitions sont complétement sans intérêt. Par contre, le retour de Buffy permet d'avancer les choses, ce qui procure au spin of une certaine dépendance. "Angel" ne sait pas trop comment traiter de ses nouveaux éléments: la mort de Doyle l'illustre bien mais aussi le côté très formaliste du personnage de Kate. Seul Lindsay semble tirer son épingle du jeu et Gunn à la fin de la saison qui obtient une place dans le générique de saison 2. "Angel" semble être une voie de garage parfois pour la série "Buffy" qui lui refile ses intrigues qu'elle n'a plus le temps de finir comme le personnage de Faith qui s'évade dans la saison 4 après son coma et vient tourmenter LA pour qu'"Angel" la remette sur le droit chemin. "Angel" a dès lors une certaine difficulté de s'émanciper cumulée à un héritage trop lourd qu'il faut à tout prix à conserver.

 

Bilan: 12/20

Si on compare la saison 1 de "Buffy" et celle d'"Angel", on peut affirmer que le démarrage de la seconde est bien plus encourageant. Pourquoi vouloir toujours comparer ces deux séries, me direz vous? Parce que cette comparaison est inévitable puisque ce sont les scénaristes eux mêmes qui la rappellent à chaque fois multipliant les histoires croisées qui ne permettent pas à la série de trouver véritablement son rythme de croisière. Le potentiel se sent malgré tout avec des éléments propres à la série mais il est temps maintenant de faire table rase du passé et de tenter d'oublier la série mère en quelque sorte. Mais un divorce à l'amiable est-il possible?

 

R-DOLLA

Commenter cet article

florent 01/09/2010 18:56


Angel saison 1 pour moi c'était la saison que j'ai préféré la note que je vais mettre est:11/20.